Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Françoise Quencez

Françoise Quencez

Auteur et conseillère en Fleurs de Bach


Les enfants dysgraphiques et les Fleurs de Bach

Publié par Françoise Quencez sur 8 Octobre 2016, 09:25am

Catégories : #Les enfants

Sweet Chestnut
Sweet Chestnut

Le préapprentissage de l’écriture commence très tôt, dès la Petite Section de Maternelle. A trois ans, quand il arrive à l’école, l’enfant commence à utiliser des outils pour laisser des traces. Il est important pour arriver à écrire correctement que l’enfant apprenne à regarder avant d’exécuter le geste. Le regard doit précéder et accompagner l’action. Cette habitude est indispensable pour écrire entre des lignes et s’acquiert peu à peu.

Il est recommandé que l’enfant commence par tracer avec des gestes amples avant de tracer des traits dans des espaces plus restreints, parfois sur des zones de couleurs différentes qui facilitent la discrimination visuelle, avec différents outils crayons, feutres, pinceaux, doigts...

La position adoptée par l’enfant pour écrire est très importante. Il faut que la table soit à la bonne hauteur et la chaise adaptée à la taille de l’élève, ce qui n’est pas toujours facile à respecter. En effet, le mobilier des classes est en général un mobilier standard, parfois adaptable en hauteur, mais on ne peut adapter ni l’inclinaison de la table ni la hauteur de la chaise. Il existe sur le marché un mobilier qui peut s’adapter à chaque morphologie d’enfant mais il est très onéreux et les municipalités n’ont généralement pas les moyens de le financer… On se retrouve ainsi avec des « petits » dont les pieds ne touchent pas le sol et qui vont s’installer à genoux sur la chaise et des « grands » qui manqueront de place pour étirer les jambes et qui vont se balancer pour ne pas s’ankyloser…

Actuellement, il est courant que, dès son plus jeune âge, l’enfant utilise les crayons, aussi bien à la maison que dans les structures collectives où un atelier coloriage est généralement prévu. Mais la tenue du crayon n’est guère surveillée car il ne s’agit pas d’un apprentissage mais d’une occupation. Le crayon est empoigné à pleine main, tenu trop bas ou trop haut ou avec le poignet tordu. Le fait est que ces habitudes sont très tenaces et que les maîtresses qui vont se succéder auprès de l’enfant ensuite tenteront, la plupart du temps en vain, de les rectifier. On envisagera alors le « guide-doigts » qui, s’il est utilisé tôt et régulièrement peut améliorer la tenue du crayon mais j’ai personnellement constaté que la plupart des enfants passent leur temps à l’enlever!!! Les résultats ne sont pas très concluants et l’écriture s’en ressent.

D’autre part, beaucoup d’enfants ont déjà commencé à reproduire des lettres seuls sans aucune consigne claire pour le faire et le tracé est hautement fantaisiste. Les mauvaises habitudes s’installent très vite et perdurent. L’idéal, bien évidemment, serait de ne pas laisser l’enfant apprendre seul pour éviter des difficultés futures.

Dès la fin de la Petite Section de maternelle, les enfants sont censés savoir écrire leur prénom en lettres bâtons et en Moyenne Section, les enfants vont continuer l’apprentissage en repassant des lettres (lettre d’imprimerie majuscules) ou des figures déjà dessinées en pointillés avec le sens du tracé indiqué ou en entourant de lignes parallèles des figures simples.

En Grande Section de Maternelle, en fin de cycle I, l’enfant continue à apprendre à reconnaître les lettres aussi bien en majuscules d’imprimerie qu’en « attaché » et apprend à les écrire en respectant le sens du tracé.

Au début du CP, début du cycle II, les enseignants reprennent l’apprentissage de chaque lettre en écriture cursive, une à une, en proposant de multiples exercices d’entraînement de tracé en l’air, sur l’ardoise, au crayon à papier sur des cahiers à double lignes, puis sur des rayures « Seyès », plus ou moins tôt dans l’année, suivant les écoles.

En fin du CP, la plupart des enfants ont appris à écrire en « attaché » sur les rayures « seyès ». Au CE1, ils acquerront une certaine rapidité d’écriture en écrivant régulièrement car l’entraînement est indispensable.

Pour certains enfants, le parcours s’avère plus difficile. A la fin de la moyenne section, ils ne maîtrisent pas encore l’écriture de leur prénom en majuscules d’imprimerie. En Grande Section, ils ne réussissent pas à tracer les lettres cursives, la tenue du crayon est déficiente et une maladresse plus globale est détectable. En CP, ils ne réussiront pas à écrire entre les lignes.

Pour certains, on a l’impression d’un manque de motivation, mais il s’agit peut-être d’un manque de confiance en leurs capacités. Pour d’autres, il s’agit d’une difficulté qu’ils ressentent très douloureusement.

J’ai rencontré de nombreux garçons et très peu de filles souffrant de difficultés d’écriture qui ont perduré toute la scolarité primaire mais aucun nom n’a été mis sur leurs problèmes. D’après les parents que j’ai rencontrés, il est très compliqué et long de poser un diagnostic de dysgraphie ou de dyspraxie.

Dans la plupart des cas, la seule aide que l’enfant va recevoir est celle de l’enseignant qui lui donnera des exercices de graphisme à faire à la maison ou pendant le « soutien ». La rééducation par un professionnel spécialisé intervient parfois après plusieurs années de galère pour l’enfant.

Pendant ce temps-là, les enfants souffrent de la situation.

N’attendez pas ! Les Fleurs de Bach peuvent apaiser les émotions négatives que les enfants en difficultés ressentent sans avoir besoin d’attendre un diagnostic.

Gentian
Gentian

Les émotions qui accompagnent les difficultés graphiques

Pour tous les enfants qui souffrent de troubles de l’écriture, les deux premières Fleurs recommandées seront Scleranthus et Chestnut Bud car la première agit sur l’indécision et le manque de coordination et la seconde sur les difficultés d’apprentissage liées à une émotion. Mais d’autres Fleurs seront nécessaires en fonction des émotions que ces difficultés suscitent chez l’enfant.

Quand Mathias écrivait, ses lettres se chevauchaient tellement qu’il était impossible de le lire. Il en ressentait une telle angoisse qu’il se figeait sur place face à l’enseignant, ses yeux sortaient presque de ses orbites et il était incapable de dire quoi que ce soit. Il aurait fallu lui donner Rock Rose pour apaiser la panique qui l’envahissait et Sweet Chestnut car il désespérait de réussir un jour.

Il fallut attendre qu’il arrive au CE2 pour être pris en charge au CMPP... Combien d’heures de souffrance inutile !

Damien, quant à lui, ne réussissait pas à écrire dans les lignes et il était incapable de reproduire une lettre en respectant le sens du tracé. Apparemment, cela ne lui faisait ni chaud ni froid et il ne prenait jamais rien au sérieux. Agrimony lui aurait permis d’affronter ses problèmes et lui aurait évité l’échec dans les deux classes suivantes.

Juan se crispait sur son stylo, son écriture ressemblait à des pattes de mouche. Il s’énervait très vite et abandonnait le travail découragé. Impatiens aurait calmé son impatience et Gentian lui aurait permis de ne pas abandonner au moindre obstacle.

Mickaël, lui, après deux ou trois essais, avait décidé de ne plus rien faire et cachait ses cahiers d’écriture au fond de son casier. Vervain aurait pu l’aider à respecter les règles de la vie à l’école…

Louis-Henri
Louis-Henri

Louis-Henri, petit surdoué fâché avec les crayons1

Louis-Henri avait toujours un sourire aux lèvres. […] Comme son papa qui se souvenait de ses années d’école avec un peu d’amertume, il avait des difficultés en motricité fine, c’est-à-dire en écriture. Il formait très mal ses lettres et écrivait très lentement. Il va sans dire qu’il détestait écrire mais se sentait tout penaud de rendre des fiches illisibles et était très affecté par les critiques.

  • J’y arrive pas, Maîtresse, j’ai l’impression que le crayon m’en veut, confiait-il avec beaucoup d’humour et un sourire désarmant. […]

Au fil des mois, alors que les autres enfants écrivaient de plus en plus vite et de mieux en mieux, Louis-Henri, quant à lui, semblait incapable de s’améliorer. Sur son cahier d’écriture, ses lettres se chevauchaient et les mots faisaient l’école buissonnière au-delà des lignes. Il restait souriant mais on voyait l’angoisse dans ses yeux. Il commençait à penser qu’il n’y arriverait jamais et trouvait toujours une explication pour justifier son retard dans l’exécution du travail demandé. En réalité, c’était le fait d’écrire qui lui posait problème.

  • Oh, ce crayon, il est encore cassé ! C’est vraiment bizarre, hein, Maîtresse ! Et puis, tu sais, j’ai fabriqué un nouveau jeu avec Line… J’peux l’apporter pour te le montrer ?

  • Mais oui, si tu veux ! Apporte-le demain après-midi et tu nous expliqueras…

Et quand l’heure de la récréation sonnait.

  • J’ai pas fini. C’est pas grave ! J’peux sortir quand même ? Je sais les réponses, je vais te les dire…

Et ainsi Louis-Henri se tirait d’affaire avec un sourire.

Deux ans plus tard, il continuait à peiner avec l’écriture.[…]

Les Fleurs de Bach pour Louis-Henri

[…] Chestnut Bud diminuera ses difficultés en écriture. Cette Fleur facilite l’apprentissage quand celui-ci est perturbé par une émotion et le docteur Ricardo Orozco, médecin espagnol qui continue les travaux du Docteur Bach, conseille d’y adjoindre Scleranthus qui facilite la communication interhémisphérique dans le cerveau. Celui-ci est en cause dans les troubles de la lecture, de l’écriture et du langage. Jeanne Siaud-Facchin précise qu’ « il est fréquent de parler de difficultés de passage à l’écrit pour l’élève surdoué. Le plus souvent, les difficultés apparaissent dès l’apprentissage de l’écriture. Le trouble peut se manifester par une crispation graphique, une lenteur à l’écriture pouvant progressivement conduire à un blocage de l’écrit… »2

Elle propose différentes hypothèses pour expliquer ce trouble, un décalage entre le développement de l’expression orale et le développement psychomoteur ou bien un décalage temporel entre la rapidité de la pensée et le geste graphique. Dans les deux cas, l’enfant ressentira une émotion négative qui contribuera à ralentir les apprentissages. […]

Et votre enfant, comment réagit-il ?

Il y aura toujours une Fleur de Bach pour l’aider.

Alors, n’hésitez pas à en parler avec un Conseiller agréé en Fleurs de Bach qui saura vous guider dans le choix des quintessences les plus adaptées…

Voir aussi :

http://http://francoisequencez-fleursdebach.over-blog.com/2016/07/enfants-dyslexiques-et-fleurs-de-bach.html

http://http://francoisequencez-fleursdebach.over-blog.com/2016/07/fleurs-de-bach-et-enfants-dysphasiques.html

http://http://francoisequencez-fleursdebach.over-blog.com/2016/07/troubles-de-l-attention-avec-ou-sans-hyper-activite.html

http://http://francoisequencez-fleursdebach.over-blog.com/2016/07/quelles-fleurs-de-bach-pour-un-enfant-souffrant-de-troubles-du-comportement.html

http://http://francoisequencez-fleursdebach.over-blog.com/2016/06/enfant-souffrant-de-tdah-et-fleurs-de-bach.html

1 Extrait de « Les enfants surdoués, comment les aider avec les Fleurs de Bach » Françoise Quencez

2 Jeanne Siaud-Facchin « L’enfant surdoué, l’aider à grandir, l’aider à réussir » p. 150 Edition Odile Jacob 2008

Commenter cet article

Vaia 05/01/2017 14:29

J'ai réussi à lire vos posts via une autre adresse ;-) Très utiles et ils me confortent dans mes propres évaluations. Chouette d'avoir aussi pensé aux parents à soutenir également, c'est rare et pourtant les parents donnent souvent tout (et plus encore) sans recevoir d'aide qui leur soit destinée pour tenir le coup et faire, eux aussi, face aux émotions négatives. Je partage tout à fait votre approche : impossible de soutenir l'enfant dans ses apprentissages sans lever d'abord les émotions négatives. Merci.

Françoise Quencez 05/01/2017 19:41

je vous remercie de vos commentaires et me réjouis que mes posts soient utiles. N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez d'autres précisions pour vos enfants ou vous-même. Pour les enfants "dys" il est important d'ajouter à leur mélange de Fleurs de Bach "Chestnut Bud" pour harmoniser l'émotion qui bloque les apprentissages et "Scléranthes" qui harmonise le fonctionnement cerveau gauche-cerveau droit et facilite donc les apprentissages... Bon courage à vous ! Cordialement

Vaia 05/01/2017 13:43

Bonjour, merci pour cet éclairage. J'utilise les fleurs de Bach depuis 10 ans à titre personnel et en fait bénéficier mes enfants dont l'une est justement multi-dys. J'ai eu énormément de peine à définir quels remèdes lui apporter, je commence enfin à y voir clair mais j'aurais aimer pouvoir lire vos posts de blogs sur la dysphasie, dyslexie, tda... Malheureusement chacun des liens renvoie à une page erronée "Ce site est inaccessible-Impossible de trouver l'adresse DNS du serveur http". Serait-il possible d'y accéder par un autre moyen? Un grand merci d'avance. Vaïa

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents